Pigeons voyageurs et sportifs de haut niveau: ils ont plus en commun que vous ne pensez

Pigeons voyageurs et sportifs de haut niveau: ils ont plus en commun que vous ne pensez

Le champion d'Europe Thomas Van der Plaetsen, que mange-t-il lors des préparations au saison décathlon ? Et lors des compétitions qui durent deux jours ? Entre autres beaucoup de protéines, graisses et vitamines. Et les pigeons voyageurs ? Ceux-là reçoivent exactement la même chose afin de gagner une course telle que le Belgian Master. La clé du succès pour tous les deux : la bonne alimentation, au bon moment.

Pour les pigeons, le succès dépend d'une bonne préparation

Pour préparer les jeunes pigeons au Belgian Master, ils apprennent le premier mois à voler autour du pigeonnier. Ainsi, ils explorent l'environnement. Ils reçoivent un mélange riche en protéines pour grandir et pour développer leur corps. Quelques compléments alimentaires renforcent leur immunité. Dans le deuxième mois, les vrais entraînements commencent. Au menu : des aliments contenant plus de matières grasses que protéines afin de stimuler l'envie de voler. Quelques fois par semaine, on leur sert des vitamines et acides aminés hydrosolubles. Tout comme le font les médecins chez les sportifs de haut niveau, les vétérinaires contrôlent régulièrement la santé des pigeons.

Et cela vaut également pour les sportifs de haut niveau

Thomas Van der Plaetsen : “J'ai plus en commun avec un pigeon que je ne pensais (rit). Lors de ma préparation, un médecin effectue régulièrement une analyse de sang. Je veille à ce que je reçoive suffisamment de vitamines car je dois impérativement maintenir ma résistance naturelle et éviter la fatigue. Avant mes entraînements, je mange des aliments riches en matières grasses, tout comme un pigeon. Après, je mange et je bois des protéines qui me permettent de récupérer.”

Compenser ce que vous perdez

Après les premiers vols d'entraînement de 50 km, les pigeons retrouvent aussitôt un mélange de protéines animales et d'électrolytes dans leur abreuvoir. Ainsi, ils récupèrent plus vite, ils renforcent leurs muscles et leur corps regagne vite le taux d'acidité correct. Ils se remplissent le ventre d'un mélange d'aliments riches en protéines. Thomas : “Pour les épreuves du décathlon, tout est question de sels et d'électrolytes pendant les entraînements et les compétitions. De cette façon, je compense les minéraux et les sels que je perds en transpirant.”

La récupération par les protéines

Après les vols d'entraînement plus longs jusqu'à 350 km, les pigeons voyageurs eux aussi mangent un mélange riche en protéines. À partir du deuxième jour, ils sont offerts un mélange d'alimentation riche en graisse et de compléments pour apporter de l'énergie et développer les muscles. Les deux derniers jours avant un vol d'entraînement, ils ont de nouveau besoin de suffisamment de protéines comme source d'énergie pour le corps. Thomas : “Pour moi aussi, la récupération s'avère cruciale après un entraînement ou un jour de compétition. Immédiatement après le dernier effort: boire une boisson à base de protéines et d'acides aminés. Et un dîner plein de protéines afin d'accélérer la récupération et de reconstituer mes forces pour le lendemain.”

Des graisses pour réaliser des performances

Et les derniers jours avant la finale de 450 km depuis Tours ? Les mangeoires sont remplies de graines riches en huiles et en graisses permettant aux pigeons de faire le plein d'énergie par la combustion des graisses. Grâce à un mélange de vitamines, acides aminés et L-carnitine dans leur eau de boisson, ils produisent moins d'acide lactique et leurs muscles ne se contractent pas si vite. Thomas : “Mon petit déjeuner pour me préparer à la compétition ou à l'entraînement : des graisses. Du yaourt entier complété de muesli, parfois des œufs au bacon ou de l'avocat.”

La bonne alimentation, au bon moment

Y a-t-il une différence entre ce que mangent les pigeons et ce que mange un sportif à haut niveau ? Si. Thomas : “Pendant les compétitions et les entraînements, je dois maintenir mon niveau d'énergie. Je le fais en mangeant des barres énergétiques, des noix et parfois des fruits. Pour un supplément d'énergie, des comprimés énergétiques sont une solution. Juste avant les courses, je mange des gels énergétiques avec des sucres que le corps absorbe immédiatement.”

Il va sans dire que les pigeons ne peuvent pas manger lors d'un vol. Tant pour eux que pour Thomas, la conclusion est cependant : la bonne alimentation au bon moment aide à faire la différence entre un gagnant et un perdant.

Jump to top

Notre site web utilise des cookies.